Filles en situation de rue

Pour aider les filles en situation de rue, souvent mineures, Agir pour les enfants et son partenaire Keoogo mettent en place un dispositif d’accompagnement et de réinsertion pour celles qui souhaitent sortir de leur condition.

Dispositif de formation et de réinsertion pour les filles en situation de rue à Ouagadougou

Contexte

On estime à environ 7000 le nombre d’enfants en situation de rues à Ouagadougou, dont 1000 filles. Elles ne vivent pas dans la rue mais elles y gagnent leur vie, pour la plupart en s’y prostituant la nuit.

Les filles des rues viennent en général de familles pauvres des provinces du Burkina ou des banlieues de Ouagadougou. Certaines sont aussi issues de pays limitrophes qu’elles fuient et pensent trouver à Ouagadougou un travail ou de meilleures conditions de vie. La plupart sont mineures et sont souvent déjà mères. Leurs conditions de survie dans la rue sont très difficiles : violences, viols, maladies …

Les alternatives à leur situation sont rares et quand les filles souhaitent sortir de leurs conditions, il n’y a pas de moyens pour financer leur projet de réinsertion. Dans ce contexte, l’Association Keoogo a sollicité la Fondation pour l’aider à améliorer et à accroître ses activités en faveur des filles des rues afin de leur proposer une alternative.

Objectif du projet

Notre objectif est d’offrir aux filles, principalement mineures et désireuses de sortir de la rue, une alternative par la réinsertion.

Une fois les filles identifiées et approchées par les équipes de Keoogo, elles sont accompagnées dans leur réflexion et pendant tout leur parcours de réinsertion.

Un projet personnel est établi avec chacune des filles. Plusieurs solutions sont proposées :

  • Le retour en famille au Burkina
  • Le retour en famille pour filles étrangères
  • La scolarisation
  • Une formation professionnelle
  • Une activité génératrice de revenus

Dans tous les cas, une aide à la réinstallation, le financement des équipements professionnels, des mesures auprès des familles d’origine, etc, sont prévus pour faciliter leur réinsertion.

Après leur réinsertion, les filles font l’objet d’un suivi post réinsertion pendant 2 ans pour s’assurer de la réussite du projet ou des raisons de son échec.

Bénéficiaires

5 à 10 filles par an.

Durée

Ce projet est réalisé sur 2015-2016. A l’issue, une évaluation permettra de définir la suite à donner.