Enfants des filles des rues

Avec son partenaire Keoogo, Agir pour les enfants met en place un dispositif destiné aux enfants des filles des rues afin d’améliorer leurs conditions de vie, de les doter d’une reconnaissance légale et de rendre possible leur scolarisation. Ce projet a été baptisé BEOOG-KAMBA, « Les enfants de demain ».

Amélioration des conditions de vie des enfants de 0 à 8 ans des filles en situation de rue à Ouagadougou

Contexte

Au Burkina Faso, de nombreuses jeunes filles quittent leur village pour aller travailler en ville. Sans emploi, nombreuses sont celles qui vivent dans la rue et qui se prostituent pour survivre. Une fois enceintes, elles ne peuvent envisager un retour dans leur famille au risque d’être rejetées.

Marginalisées, elles sont confrontées quotidiennement aux difficultés d’accès aux soins de santé, à l’éducation, au logement, etc. En outre, la plupart est fille-mère et accouche dans la rue car il n’existe à Ouagadougou que trois centres pouvant accueillir une cinquantaine de filles et leurs bébés quand on estime qu’il existe environ 1000 filles des rues. Elles survivent alors comme elles peuvent et élèvent leurs enfants dans des conditions difficiles.

Pour ces enfants, la situation est très difficile : Ils vivent pour la plupart sans père, dans des conditions de grande précarité, sans reconnaissance légale, sans éducation et avec une mère souvent absente ou peu attentionnée dans ce contexte. Par ailleurs, ceux qui passent quelques mois dans les centres d’accueil des filles des rues ont peu d’équipements ou d’activités qui leur sont destinés.

C’est pourquoi Keoogo, association Burkinabé d’aide aux enfants des rues, et la Fondation ont estimé qu’un projet permettant d’améliorer la prise en charge et l’éducation de ces enfants pourrait contribuer à rompre, au moins pour ceux-ci, la spirale de l’exclusion et éviter le drame de nouvelles générations de la rue.

Afin de bien identifier les interventions possibles et pertinentes, la Fondation et l’association Keoogo ont réalisé une enquête préalable auprès des filles des rues pour définir les priorités.

Objectif du projet

L’objectif du projet est d’améliorer les conditions de vie de 150 enfants des filles en situation de rue par une approche combinant la mise en place d’actions de protection juridique, d’accès à l’éducation des enfants et le renforcement des capacités de leurs mamans. Le projet a pour cible aussi bien les enfants des filles vivant dans les centres d’accueil que ceux de celles vivant dans la rue. Ce projet se traduit par  les activités suivantes :

– Identification des enfants des filles des rues et évaluation de leur situation 

  • Création de 3 clubs de filles des rues sur 3 zones de concentration des filles : ces clubs permettent de les regrouper, les sensibiliser, les soutenir sur les problèmes rencontrés (santé, nutrition, éducation), d’identifier leurs enfants et évaluer leur situation.
  • Recensement des enfants des filles : une enquête sociale est réalisée sur chaque enfant, les problèmes sont identifiés et des actions seront proposées, en priorité l’inscription au préscolaire ou à l’école primaire, afin de réinsérer les enfants dans un cadre plus stable. L’objectif est d’améliorer la prise en charge de l’enfant par la mère (nutrition, santé), l’éducation et la reconnaissance légale des enfants.

– Mesures d’amélioration des conditions de vie des enfants

  • Amélioration de la prise en charge de l’enfant par la mère
    • Formations à l’apprentissage parental tant au sein des clubs de filles que dans les centres. L’accent porte en particulier sur les enfants de moins de 3 ans, les plus exposés aux dangers. Il est en effet nécessaire que les mamans acquièrent ou renforcent leurs compétences et qu’elles prennent confiance en elles pour se sentir capables de prendre soin de leurs enfants.
    • Dotation des centres en équipements à destination des enfants, tant pour leurs soins (toilettes enfants, baignoires…) que leur épanouissement (jeux, aire de jeux…);
  • Accès à la scolarisation pour les enfants : la scolarisation est proposée pour les enfants de 3 à 8 ans. Un recensement des maternelles et des écoles les plus proches des zones habitées par les filles des rues et des centres est effectué pour proposer des solutions de proximité;
  • Reconnaissance et existence légale des enfants : un travail important est mené pour la recherche de paternité et l’établissement de l’acte de naissance pour les enfants qui n’en disposent pas.

Bénéficiaires

150 enfants de 0 à 8 ans et 140 filles des rues.

Durée

Le projet se déroule de 2016 à 2018.